top of page
Rechercher

Qu'est-ce que l'agriculture biologique?

Dans notre récent article sur l'agroécologie, nous avons utilisé le terme « agriculture biologique ». Bien qu'il puisse être familier à beaucoup d'entre vous, il peut y avoir beaucoup de confusion entre les différents types d'agriculture durable. Notre objectif aujourd'hui est de nous plonger plus profondément dans le concept d'agriculture biologique, en soulignant son histoire et ses avantages.


L'agriculture conventionnelle exerce de nombreux effets néfastes sur l'environnement et la santé humaine : les agrochimiques contaminent et érodent le sol, diminuent la biodiversité et polluent les cours d'eau ; ils contribuent au changement climatique, nécessitant des quantités substantielles de combustibles fossiles pour leur production ; et ils posent des risques pour la santé des agriculteurs, certains ayant été démontrés comme étant cancérigènes. En contraste, l'impact environnemental de la production biologique est bien moindre et elle protège la santé humaine.


En termes pratiques, l'agriculture biologique est une méthode de production alimentaire sans utilisation d'entrées synthétiques, telles que les engrais synthétiques, les pesticides, les médicaments vétérinaires (par exemple, antibiotiques, hormones et sédatifs) ou les organismes génétiquement modifiés (OGM). Par conséquent, seuls les engrais non synthétiques tels que le compost, le fumier animal et les cultures de couverture sont autorisés. Les méthodes de lutte contre les parasites utilisées par les agriculteurs biologiques incluent : les pratiques de diversification (par exemple, rotations de cultures et cultures pièges) ; les prédateurs naturels (par exemple, les coccinelles) ; les pesticides naturels (par exemple, l'huile de neem biologique) ; et les barrières physiques (par exemple, les couvertures de rang et les tampons de végétation).


L'agriculture sans utilisation d'entrées synthétiques est pratiquée depuis des milliers d'années. Cependant, au début des années 1900, l'émergence de l'agriculture industrielle — fortement dépendante de l'utilisation d'engrais et de pesticides synthétiques — a résulté en une préoccupation croissante concernant ses impacts sur l'environnement et la santé humaine. Cette préoccupation a été l'étincelle initiale de ce qui est devenu connu sous le nom de mouvement biologique, dont l'histoire a été influencée par divers agriculteurs, scientifiques et institutions.

 


Agronome explorant une ferme biologique dans le sud du Brésil. Crédit photo : Larisse Cavalcante.


Le terme « agriculture biologique » a été inventé en 1940 par l'agronome anglais Lord Northbourne, dérivé de l'idée de la ferme comme un organisme. Pourtant, un an plus tôt, Lady Eve Balfour, une agricultrice et éducatrice anglaise, avait déjà lancé l'Expérience de Haughley — qui fut la première comparaison entre l'agriculture biologique et conventionnelle. Parmi une multitude de résultats, elle a découvert que les pratiques biologiques ne compromettaient pas le rendement global de la ferme. Une autre figure critique dans le développement des pratiques d'agriculture biologique était Albert Howard. Howard était un botaniste anglais qui a travaillé de nombreuses années en Inde. En 1940, il a publié Un Testament Agricole, dans lequel il promouvait une série de techniques biologiques qu'il avait apprises des agriculteurs indiens, dont beaucoup étaient pratiquées depuis des générations.


Avec la publication du Printemps silencieux de Rachel Carson en 1962, qui attirait l'attention sur les impacts du DDT — un pesticide largement utilisé — sur l'environnement et la santé humaine, il y a eu une hausse dramatique de la préoccupation concernant l'environnement et nos impacts sur celui-ci. Dans les années 1970, cette préoccupation mondiale croissante concernant les dommages environnementaux causés par les agrochimiques a attiré encore plus l'attention sur l'agriculture biologique comme moyen alternatif et moins impactant de produire de la nourriture. La Fédération Internationale des Mouvements d'Agriculture Biologique (IFOAM – Organics International) a été fondée en 1972. Dans les décennies suivantes, les agriculteurs et les consommateurs ont commencé à faire pression sur les gouvernements du monde entier pour établir des législations et des normes de certification pour l'agriculture biologique.


Pour être qualifié de biologique, un produit doit passer par un processus de certification. Les produits certifiés peuvent bénéficier d'un accès plus large au marché et potentiellement commander un prix premium. Les étapes nécessaires pour obtenir la certification varient grandement selon le pays et le processus de certification — un thème que nous explorerons dans de futurs articles. En général, cependant, l'obtention de la certification est laborieuse, exigeant une tenue de registres et une documentation étendues. Ce processus, crucial pour garantir que les cultures sont cultivées selon les principes biologiques, peut présenter une barrière significative, en particulier pour les petits exploitants agricoles. En conséquence, certains agriculteurs peuvent choisir de pratiquer des méthodes biologiques sans certification officielle pour diverses raisons : ils peuvent avoir établi des relations suffisamment solides avec leurs clients pour se passer de la nécessité d'une certification pour vendre à des prix premium ; d'autres peuvent être motivés par des préoccupations environnementales, tandis que certains peuvent avoir des considérations de santé qui nécessitent l'utilisation de pratiques biologiques.


Chez LiteFarm, nous ne pensons pas que le processus de certification biologique devrait être un obstacle à l'obtention de la certification biologique. C'est pourquoi LiteFarm génère des documents de certification biologique basés sur les informations que les producteurs génèrent sur la plateforme lors de la gestion de leurs opérations. Nous exportons ces données dans un format pratique à partager avec les certificateurs et donnons aux agriculteurs le pouvoir de choisir avec qui ils les partagent. Les certificateurs partenaires peuvent même demander une enquête supplémentaire de leurs membres directement via LiteFarm. Ces fonctionnalités font de LiteFarm un lieu unique pour poursuivre des certifications biologiques dans un grand nombre de pays.


Agriculture biologique dans le sud du Brésil. Crédit photo : Larisse Cavalcante.


LiteFarm est fier de soutenir l'agriculture biologique, ainsi que d'autres formes d'agriculture durable. Restez à l'écoute pour en savoir plus sur le processus de certification biologique et comment nous travaillons avec les producteurs et les certificateurs pour accélérer leurs processus. Suivez-nous sur LinkedIn et Facebook pour voir les dernières nouvelles de la communauté LiteFarm.


Joyeuse agriculture !


L'équipe LiteFarm




Comentarios


bottom of page